Nos produits There are 2 products.

Sous-catégories

  • Huile d'olive

    La légende dit que l’olivier a été créé en Grèce par la déesse Athena et devint le symbole de l’excellence, de la sagesse, de la paix et de la prospérité.

    Hippocrate, un célèbre médecin de la Grèce antique ainsi qu’un autre de ses compères de l’époque, Dioskouridis, recommandaient il y a déjà plus de 2.000 ans l’usage de l’huile d’olive comme anti-inflammatoires dans les cas de maux de tête et de maux de dents notamment.

  • Olives

    L’olivier et ses fruits sont entrés dans la tradition grecque, devenant par la même occasion un élément de base du régime méditerranéen.

    La communauté scientifique internationale considère les olives comme un ingrédient garant de bonne santé. Les vertus thérapeutiques des olives, ainsi que des feuilles de l’olivier, sont largement reconnues.

    Parmi les centaines de variétés d’olives, la Grèce regorge de variétés uniques et endémiques comme la célèbre Kalamata ou l’étonnante Throuba.

    Malgré ce que certains peuvent penser, une olive même à maturité sur l’arbre ne peut se consommer telle quelle en raison de son amertume et de la dureté de sa chair. S’en suit un long processus de trempage et rinçage en saumure aussi appelé « cuisson » de l’olive qui prend jusqu’à 8 mois selon la méthode traditionnelle (appliquée par nos producteurs).  Les olives sont ensuite commercialisées soit dans une saumure identique à celle utilisée pour leur « cuisson » ou sous vide. La commercialisation d’olives dans l’huile d’olive est tout sauf traditionnelle. Elle est entièrement une résultante touristique.

  • Tomates séchées

    Il y a seulement quelques années, le reste du monde découvrait ce que les méditerranéens connaissent depuis des décennies, les merveilles de la tomate séchée au soleil. 

    Les régions méditerranéennes sont de gros producteurs de tomates mais seule une petite partie des récoltes est destinée à être séchée au soleil. La majeure partie est mise en conserve ou sert à préparer des sauces.

    Au début du printemps, le sol est enrichi d’engrais naturels. Il est essentiel de choisir les bons champs, de préférence ceux qui sont entourés d’oliviers, car ces arbres fertilisent le sol. Les plants sélectionnés sont repiqués au cours des deux dernières semaines d’avril, et un système d’irrigation garantit que chacun d’eux reçoit suffisamment d’eau. 

    Les tomates sont cueillies bien mûrs. Les plus belles, destinées à être séchées, sont lavées et coupées en deux, puis placées sur de longs plateaux exposés au soleil. Ensuite, les tomates sont salées et recouvertes de filets de protection. On les laisse au soleil pendant quatre à cinq jours. 

    Avec 11 kilos de tomates fraîches, on obtient 1 kilo de tomates séchées au soleil.

  • Piments

    Autre aliment célèbre et important du régime méditerranéen, le poivron et ses cousins les piments! Il en existe des centaines de variantes mais les poivrons et piments du nord la Grèce sont réputés pour leur qualités et leurs goûts uniques.

    La notion de piment est généralement associée à la saveur piquante. Le terme piment (vert, jaune, orange ou rouge) est un nom désignant le fruit de cinq espèces de plantes du genre Capsicum de la famille des Solanacées et de plusieurs autres taxons. Le mot désigne plus communément le fruit des plantes utilisées comme condiment ou légume (au Canada, le mot piment désigne parfois les poivrons, les autres variétés de Capsicum, au goût plus piquant, étant appelés piments forts).


    Les piments du genre Capsicum, principaux représentants de la saveur pimentée, sont originaires d'Amérique du Sud et centrale, où ils étaient cultivés comme plantes potagères pour leurs fruits aux qualités alimentaires et aromatiques.

    Les piments sont aujourd'hui cultivés dans 64 pays dont la Grèce qui dont la production se concentre dans le nord du continent dans la région de Florina. 

  • Tapenades

    « Les premiers câpriers, originaires du mont Ida en Crète  furent importés en Provence au 6ème siècle avant JC par les Phocéens. On leur donna le nom provençal de « tapenei », et leurs boutons floraux de « tapeno »  (câpre en provençal d’aujourd’hui).

    Apparut alors la pâte de câpre « tapeno »  additionnée d’ail, aromatisée d’herbes de la garrigue et conservée dans l’huile d’olive.

    Cette recette se perpétua pendant des siècles et devint le condiment de base de centaines de générations de cuisinières provençales.

    C’est en 1980 que Mr Meynier, chef à « La Maison Dorée » à Marseille élabora la « tapenade » en y ajoutant l’olive noire et divers aromates.

    La tapenade n’est donc pas à l’origine une pâte d’olives aromatisée, mais une pâte de câpres agrémentée d’olives noires ou vertes et d’aromates!

    De nos jours, la préparation de la tapenade a été simplifiée. L’olive est devenue le composant principal de la recette, suivi par le câpre (ou non), et d’autres saveurs, telle que l’anchois et l’ail qui en relèvent le goût.

    L’usage de la tapenade se perd au fil des temps. Autrefois ce condiment se retrouvait dans les farces, mais elle servait aussi de matière grasse et de base aromatique. A partir de 1880 on l’utilise essentiellement comme pâte à tartiner  sur du pain à  l’apéritif.
    Aujourd’hui, on s’en sert également pour agrémenter diverses recettes provençales. »

    Les tapenades que nous vous proposons sont des versions simplifiées et végétariennes de la recette ancestrale authentique.

  • Snacks

    Le snack ou grignotine en français est un produit de "grignotage" entre les repas. Nos snacks Harmonica sont base de céréales biologiques et dosé dans de petits emballages pour éviter les excès ! :)

    Nos galettes crues sans céréales et sans allergènes peuvent aussi servir de galettes repas! Une polyvalence parfaite chez nos Culturaw crackers!

  • Herbes

    Depuis l’antiquité, les grecs utilisent les plantes aromatiques, tant pour leurs qualités thérapeutiques que pour leur valeur nutritionnelle, les cueillant dans les champs et montagnes, nous léguant de nombreuses utilisations après des millénaires d’essais et d’erreurs.

    Le père de la médecine, Hippocrate, évoque la nécessité d’air frais, d’exercice physique et recommande la consommation des herbes pour une bonne santé. Près de 200 éléments chimiques se trouvent dans chaque plante aromatique.

    Les herbes jouaient même un rôle dans les rituels. Certaines, comme le thym et le romarin, étaient brûlées comme encens, en premier pour donner du courage aux guerriers avant les batailles puis pour chasser les mauvais esprits. Les branches d’origan doux encore piquant avaient leur place dans les couronnes de mariage mais aussi de funérailles. Certains affirment qu’il aurait été créé par Aphrodite comme un symbole de félicité, littéralement le mot signifie joyau de la montagne (ori=montagnes, ganos=bijou). La marjolaine était aussi utilisée dans les couronnes de mariage ainsi dans les couronnes mortuaires pour apporter la paix et le contentement dans cette vie et dans l’autre.

    Selon le mythe, le Mont Olympe, la «maison» des Dieux, était couvert de fleurs et d’herbes, à la disposition des Dieux et des humains. D’autres herbes trouvent leurs origines dans les mythes, généralement utilisées par les nymphes pour tenter d’échapper à l’attention des dieux ou à la colère des déesses. Menthe, par exemple, était une belle favorite de Pluton. Son ardeur enflammait la jalousie de Perséphone. Depuis longtemps accoutumée à passer la moitié de l’année au royaume d’Hadès, la reine du monde souterrain a commencé à frapper et à piétiner la malheureuse jeune fille mais Pluton est intervenu. Il a transformé cette dernière en arbuste odoriférant et résilient de telle sorte que chaque effleurement des feuilles rappelle à Perséphone la présence de la jeune fille. Le laurier quant à lui est apparu lorsque Apollon poursuivait d’amour la chaste nymphe Daphné. Plutôt que de succomber aux charmes du dieu, elle a fait appel à sa mère Gaia pour la transformer en arbuste aux feuilles résistantes et odoriférantes. Apollon a fait de cet arbuste son symbole. Il était coiffé d’une couronne de laurier lorsqu’il a annoncé sa victoire sur le serpent Python géant sur le mont Parnasse.De nos jours, on connaît les vertus du laurier en infusion sur les crampes d’estomac et bien sûr sa fréquente utilisation en cuisine.

    En Grèce,  on trouve une immense variété d’herbes que les grecs utilisent pour l’assaisonnement des plats ou comme infusion. Parmi elles, on distingue: L’origan et le thym, surtout utilisés sous leur forme sèche, accompagnent presque chaque repas grec (par exemple la fameuse salade grecque mais aussi le poisson et la viande). Ils ont une action antioxydante. L’origan en infusion adoucit les problèmes respiratoires. Le thym est réputé pour ses effets antimicrobiens et antiseptiques et son action contre les douleurs musculaires.

    Le dyosmo (une sorte de menthe), on le trouve dans les régions montagneuses et humides. Mais on le trouve très fréquemment en pot, devant une fenêtre, accompagné d’un pot de basilic grec, aux petits feuilles et très aromatique. Une combinaison de dyosmo, d’aneth et de petits oignons, est l’assaisonnement caractéristique des plats du Printemps. Les grecs aiment beaucoup l’aneth, ajouté aux salades.

    En Grèce, il y a aussi une grande variété de plantes sauvages qu’on utilise comme infusion. La plus connue est le thé de la montagne, dont il existe 17 variétés. Dans l’Antiquité, Dioskourides l’utilisait comme remède pour les blessures. Le thé de la montagne a des propriétés tonifiantes, chauffantes et désintoxicantes.

  • Sels

    Il y a 2 grandes catégories de sel, le sel d'évaporation en salines et le sel fossilisé extrait des mines de sel.

    Le sel de la lagune de Missolonghi, dans le golfe de corinthe est un sel de mer récolté naturellement par évaporation de l’eau de mer dans les salines.

    Il n’a subi aucun traitement autre que le lavage (pour éliminer les impuretés et le rendre comestible).

    C’est le moins transformé des sels destinés à la consommation humaine. Il n’est pas issu de mélanges de sels et n’a subi aucun traitement chimique ni aucune iodation (ajout d'iode de synthèse). Il contient de l'iode naturelle.

    Le sel de l'Himalaya est un sel gemme ou halite. C’est un minéral roche. Il est extrait dans la mine de sel de Khewra dans la région du Punjab, au Pakistan. Le sel présente une couleur rougeâtre due à la présence d’oxyde de fer.

    La formation du sel de l’Himalaya, l’un des plus purs de notre planète, remonte à 250 millions d’années environ, à l’époque où l’océan recouvrait la plus grande partie de la terre. Lorsque la mer a disparu, de puissants mouvements tectoniques se sont produits, donnant naissance aux massifs de l’Himalaya qui, dans leur mouvement et avec une énorme pression de la croûte terrestre, ont fait remonter le sel.

    Il doit sa qualité exceptionnelle notamment au fait qu’il a été préservé, au le sein de la terre, de tous les méfaits de la pollution et des rejets toxiques. Riche en oligo-éléments, (plus de 80), notamment en fer, calcium et potassium. 

  • Spiruline

    La Spiruline

    D’une taille microscopique, de o,o1 mm à 0,03 mm la spiruline est une cyanobactérie classée parmi les microalgues.
    A l’origine de la séparation des règnes animal et végétal, elle en possède des caractéristiques étonnantes comme la présence de chlorophylle mais l’absence de cellulose.

    Reconnue aujourd’hui comme étant l’aliment le plus complet au monde gramme par gramme, la spiruline est riche en minéraux, protéines, vitamines et antioxydants. Consommée depuis des centaines d’années à l’état sauvage en Afrique, elle était également le secret énergétique des Aztecs.

    Aujourd’hui cultivée en bassins et étudiée aux quatre coins de la planète pour ses effets positifs sur de mutliples pathologies, elle vous étonnera par ses effets rapides sur votre capital santé et énergétique.

  • Poissons

    Les Poissons proposés ci-dessous sont tous des poissons sauvages péchés au large des côtes greques dans le nord de la mer Egée au large du Mont Athos selon des normes durables en respect avec l’environnement et les stocks disponibles. Ils sont ensuite préparée frais et baptisés à l’huile d’olive biologique.

    Le thon est un thon Albacore sauvage (Thunnus albacores) qui provient de pêcheries certifiées durables et conforme à la norme Dolphin Safe – FOS (Friends of the Sea). Les populations de thon Albacore ou thon jaune en méditerranée sont considérées comme non menacées par l’IUCN (International Union for Conservation of Nature).

  • Pâtes

    Mais les pâtes sont très anciennes et on a longtemps cru que les premières pâtes étaient chinoises et avaient été ramenées par Marco Polo en Italie...

    C'est la fin d'un mythe. On retrouve leur trace dans le plus vieux livre de recettes connu, un traité culinaire mésopotamien datant de 1 700 av. J.-C. Pas étonnant finalement, puisque c’est en Mésopotamie qu’a débuté la culture du blé, vers 9 600 av. J.-C. ! Ainsi, les Mésopotamiens consommaient des risnatu ou des bapirru, des pâtes "râpées" réalisées avec de la farine de blé et de l’eau et émiettées dans un liquide bouillant. Les pâtes râpées ou émiettées sont ainsi la plus ancienne forme de pâte connue. Aujourd’hui encore, en Italie, il existe un type de pâte similaire, la pasta grattugiata, dont font partie les passatelli d’Emilie-Romagne. Tandis qu’en Alsace, on réalise de cette façon les spätzle.

    Les pâtes en lanières de type tagliatelles, fettucinelinguine auraient été inventées en Perse préislamique. Sous le califat abbasside de Bagdad, à partir du Xe siècle, on rencontre ces rishtaslakhshas et itriyyas qu’on cuit alors dans un bouillon de viande. En Europe centrale, on trouve encore des pâtes héritières de cette tradition : laska en Hongrie, lapsha en Russie, lokshina en Ukraine

    Dans la littérature gréco-latine, les pâtes apparaissent sous trois dénominations: tracta(e), lagana et itria et étaient déjà consommées avec de l'huile d'olive et des anchois notamment.

  • Légumineuses

    Les légumineuses sont des plantes dont les fruits sont contenus dans des gousses.

    On distingue les légumes secs ou légumineuses et les légumes verts. Les légumineuses sont des plantes dont les fruits sont contenus dans des gousses. Elles peuvent être considérées comme des féculents car elles sont riches en amidon, le glucide des végétaux. En effet, un féculent est un fruit ou un légume riche en amidon.

    Les légumineuses constituent une excellente source de protéines : 100 g de légumineuses apportent autant de protéines que 100 g de viande, de poisson ou d’abats  sans apporter de graisses saturées.

    On retrouve aussi en quantité appréciable des vitamines du groupe B, des minéraux comme le magnésium (30 à 50 mg pour 100 g) ou encore le fer (2 à 3 mg pour 100 g). Les légumineuses sont aussi les championnes du potassium.

    Les légumineuses sont riches en fibres (jusqu’à 25 % de leur poids), plus ou moins solubles (cellulose, hémicellulose, pectines), elles ne contiennent pas de gluten et elles ont un index glycémique (IG) bas.

    Une large gamme à venir des Haricots géants de Prespes, au Mavromatika en passant par le Barbounia, le Papoudia, les lentilles corail et beluga

  • céréales

    Une céréale est une plante cultivée principalement pour ses grains, c'est-à-dire ses fruits, utilisés dans l'alimentation humaine et des animaux domestiques, souvent moulus sous forme de farine ou plus ou moins complète, mais aussi en grains entiers (ces plantes sont aussi parfois consommées sous forme de fourrage).

    Le terme « céréale » désigne aussi spécifiquement les grains de ces plantes.

    Au début du xxie siècle, les céréales fournissent la majeure partie (45 %) des calories alimentaires de l'humanité.

    En botanique, les céréales regroupent des plantes de la famille des Poacées (ou Graminées). Certaines graines d'autres familles botaniques sont parfois communément appelées céréales, telles que le sarrasin (Polygonacées), le quinoa et l'amarante (Chénopodiacées) ou le sésame (Pédaliacées). Toutefois, n'étant pas des Poacées, ces dernières ne sont pas des céréales au sens strict, et on leur donne souvent le nom de pseudo-céréales.


    Leur nom vient du latin cerealis, qui fait référence à Cérès, déesse romaine des moissons. On le trouve aussi dans l'épithète spécifique du seigle : Secale cereale.

  • Farines

    La farine est une poudre obtenue en broyant et en moulant des céréales ou d'autres produits alimentaires solides, souvent des graines. La farine issue de céréales contenant du gluten, comme le blé, est l'un des principaux éléments de l'alimentation de certains peuples du monde. Elle est à la base de la fabrication des pains, des pâtes, des crêpes, des pâtisseries et de plusieurs mets préparés.

    C'est probablement la plus ancienne forme d'utilisation des céréales il y a maintenant près de 10.000 ans.

    Les farines que nous vous proposons sont toutes garanties sans gluten et donc issues du broyage de grains ne contenant pas de Gluten.

  • Fruits secs

    Les fruits secs regroupent souvent les graines sèches, les noix et cousins et les fruits séchés.

    C'est une catégorie qui connait de plus en plus de succès dans notre alimentation par ses nombreuses vertus.

    Souvent crues, donc riches en nutriments, en protéines, en oligoéléments, en vitamines, en fibres, en bonnes matières grasses, etc.

    Notre sélection reprend les grands classique de la cuisine grecque comme le raisin de Corinthe aux Amandes d’Almyros, aux Figues d’Evia  en passant par les Pistaches d’Egine …

  • Miels et sucres

    Présent dans le delta du Nil et à Sumer, le miel servait à sucrer les aliments. Plusieurs papyrus égyptiens vieux de près de 4500 ans en font mention.

    En plus de sa consommation comme aliment ou condiment, il a été utilisé dès l’Antiquité pour embellir la peau et soigner les blessures. Le latin mel a donné le français miel et les mots de même sens dans les autres langues romanes.

    Lors des Jeux olympiques antiques, les athlètes buvaient de l’eau miellée pour retrouver rapidement leurs forcesHippocrate (le plus grand médecin de l’Antiquité, 460/377 av. J.-C.) disait que l’usage du miel conduisait à la plus extrême vieillesse, et le prescrivait pour combattre la fièvre, les blessures, les ulcères et les plaies ouvertes.

    Jusqu’à l’époque de Paracelse (alchimiste et médecin suisse du XVéme siècle), le miel jouissait d’une haute estime en médecine. Il était utilisé notamment comme agent antiseptique pour la guérison des infections et brûlures et s’avère efficace pour le soin en douceur des verrues, boutons infectieux, furoncles, etc.

    Il disparu peu à peu des pharmacies naturelles, remplacé par toute une myriade de produits de synthèse. Il du ensuite faire face à l’arrivée du sucre en provenance de la betterave ou de la canne à sucre.

    Aujourd’hui, grâce au travail d’apiculteurs passionnés, on redécouvre le goût et les vertus du miel, le vrai…

    … et ceux que nous vous proposons en font parties!

  • Confitures

    En 73 ap. J.-C, Pline l'Ancien dans son Histoire naturelle évoque les recettes de conservation de son époque : cuissons des fruits dans du miel, du sirop ou du vin de raisin. Au ive siècle, Palladius dans son traité sur l'agriculture De Re Rustica évoque lui aussi des recettes de fruits cuits.

    Vers l'an mil, par l'intermédiaire du monde arabe, le sucre (de canne, en cristal) est introduit en Europe et les confitures.

    Au Moyen Âge, l'appellation « confitures » désigne toutes les confiseries réalisées à partir d'aliments cuits dans du sucre, du sirop ou du miel : bonbons, fruit confits, etc. La confiture actuelle était appelée électuaire, du latin « eleucterium », signifie « médicament à lécher ». Originaire de la pharmacopée Arabe elle était alors utilisée comme traitement.

    Différentes recettes trouvent rapidement leur place aussi dans le boutehors, le dernier service des banquets médiévaux.

    Longtemps considérées comme un produit de luxe, les confitures se banalisent au début du xixe siècle grâce à la découverte du sucre de betterave.

    Aujourd'hui, elles sont considérées comme un aliment de plaisir, à l'intérêt nutritionnel réduit car elles contiennent beaucoup de sucre et que la cuisson élimine une grande partie des vitamines.

  • Chocolats

    Le chocolat [ ʃokola], terme d'origine mésoaméricaine, est un aliment plus ou moins sucré produit à partir de la fève de cacao. Celle-ci est fermentée, torréfiée, broyée jusqu'à former une pâte de cacao liquide dont on extrait la matière grasse appelée beurre de cacao.

    Le chocolat est constitué du mélange, dans des proportions variables, de pâte de cacao, de beurre de cacao et de sucre ; on y ajoute éventuellement des épices, comme la vanille, ou des matières grasses végétales.

    Consommé initialement sous forme de xocoatl (boisson épicée) au Mexique et en Amérique centrale, le chocolat se démocratise avec la révolution industrielle.


    Au xxie siècle, il est consommé sous forme solide (chocolat noir ou au lait) ou liquide (chocolat chaud).

    Nous avons choisis de vous faire découvrir le savoir-faire grec en matière de chocolaterie! Et vous ne serez pas déçu du voyage!! 

  • Jus et Boissons

    Une tisane pour relaxer, une tisane pour réchauffer, une tisane pour digérer… Les plantes médicinales sont employées depuis l’antiquité pour leur vertus thérapeutiques.

    Les tisanes sont un bon moyen de profiter des principes actifs des plantes. Malgré que ces dernières aient été oubliées par l’Occident, l’OMS écrit que dans plusieurs pays d’Afrique et d’Orient, 80 % de la population utilise encore les plantes pour se guérir.

    Même à notre époque, plusieurs médicaments sont faits à base de plantes, et l’industrie des plantes médicinales est en expansion croissante depuis plus de dix ans. Parce que bien avant de soigner les gens avec des médicaments, on se servait d’elles pour tonifier, cicatriser, guérir…

    Aujourd’hui, avec l’intérêt grandissant de la population pour la santé, de plus en plus de personnes cherchent à renouer avec ces connaissances passées. Plusieurs écoles d’herboristerie ont ainsi vu le jour dans les dernières décennies. Les herboristes étudient de longues heures pour en apprendre davantage sur le pouvoir réel de ces plantes magiques. Peut-on vraiment espérer trouver ces propriétés spéciales dans une tasse de tisane? Certainement…  

  • Vins et alcools

    "Le vin est chose merveilleusement appropriée à l'homme si, en santé comme en maladie, on l'administre avec à propos et juste mesure suivant la constitution individuelle". Hippocrate.

    Pour gagner les dons que Dionysos, le vin déifié, offrait à ses disciples, chacun devait boire selon ses besoins et son tempérament. On peut dire que la Grèce, adepte de Dionysos, a été largement comblée de ses dons. Mais Dionysos offrait aussi à ses disciples ce que nul dieu n'avait encore promis : le salut éternel.

    Très apprécié dans toutes les provinces de l'Hellade, le vin fut de tout temps l'objet d'un commerce important malgré son prix élevé. La Grèce ne connut pas de vastes domaines exclusivement viticoles, la vigne se partageait partout le sol cultivable avec des cultures diverses, principalement l'olivier et le blé. C'est toutefois du XIIIe au XIe siècle av. J.-C. que le développement du vignoble fut le plus important. La culture se pratiquait sensiblement comme de nos jours, les ceps alignés soigneusement sur des lignes parallèles. La taille se pratiquait selon six formes différentes suivant le cépage, le sol et la force des vents.

    De nos jours la vigne s'étend en Grèce sur environ 186.000 ha dont 97.000 ha (soit un peu plus de 52%) sont plantés en vignes à raisins de cuve. Les vignes à raisins de table occupent 20.000 ha et celles à raisins secs 63.000 ha. Les vignes jeunes s'étendent sur environ 6.000 ha.
    Quant au nombre des cépages, Virgile a écrit qu'il serait plus facile de compter les grains de sable de la mer que d'en énumérer toutes les variétés. Il est à noter la richesse en cépages indigènes de qualité, cités dans des textes antiques et dont certains sont parvenus jusqu'à nos jours sous des dénominations à peine modifiées.

  • Fromages

    Depuis l'antiquité l’histoire de la Grèce est étroitement liée aux produits laitiers. La fabrication du fromage par exemple
    est une tradition remontant à plus de 3.500 ans. Homère écrivit notamment que les Cyclopes (personnages important de
    l'Odyssée) étaient passés maîtres dans la fabrication de différents fromages.

    La cuisine grecque s’est donc rapidement enrichi avec ces nouveaux venus. Que ce soit en entrée, en accompagnement, comme ingrédient principal ou secondaire (tartes, salades, saganaki, pâtes, omelettes, sandwichs), le fromage ne
    manque presque jamais d'une table grecque. La connaissance du caillage à partir du lait remonte à plusieurs milliers
    d’année et la même procédure, semble-t-il, a été suivie dans toute la Grèce.

    Aujourd’hui, la Grèce est le premier consommateur européen de fromage, fait qui est notamment dû à la popularité du fêta.

    En dehors de la fêta, la Grèce produit plus de 60 variétés de fromages locaux. Ils varient selon les régions et quant à leur saveur et texture, de doux, tartinables et aigres à piquants et durs, en passant par les fromages fumés et au goût de noix.  

    Parmi eux, il y a une vingtaine de fromages d'Appellation d'Origine Protégée, qui, pourtant, ne sont pas, dans leur majorité, connus en dehors des frontières du pays. Ceux-ci sont en général les fromages de table les plus populaires.

    En voici quelques-uns…

  • Accessoires
  • Epicerie

    L'épicerie regroupe nos inclassables et nos spécialités grecques comme nos Feuilles de Vignes (Dolmadakia) , nos câpres sauvages crétois, nos plats préparés (Tomates Yemistes, etc). 

    Bref, du bonheur dans un pot! 

  • Vinaigres
  • VRAC

    Découvrez tous nos produits en grand conditionnements! 

Showing 1 - 2 of 2 items